Rapport annuel de la présidence 2014-2015

La Société académique entre tradition et renouvellement

L’an dernier, lors de l’Assemblée générale, le Prof. Jean-Michel Dayer, président de la Société académique de Genève (SACAD) de 2010 à 2014, m’a fait l’honneur de proposer, en ma personne, la première présidente de la Société depuis sa fondation en 1888. Je le remercie, ainsi que le Comité et tous les membres, de la confiance qui m’a été faite. Le travail assidu et bénévole de mes prédécesseurs et du Comité a garanti la bonne santé de cette société genevoise dans un juste équilibre entre le désir de garder son identité et le souci de s’adapter aux défis du monde contemporain et de la recherche universitaire d’aujourd’hui. Je remercie vivement Jean-Michel Dayer pour sa présidence exemplaire durant quatre ans. Son attention aux aspects les plus divers de la mission de la SACAD et son souci du bien commun n’ont jamais fait défaut. Fidèle à ses objectifs, il a entrepris entre autres la révision des statuts de la Société académique et de ses procédures internes, aidé par Bénédict de Candolle.

Je rappellerai que Jean-Michel Dayer, Bertrand Kiefer, Caroline Baltzinger et Pierre Buri, ont composé la brochure du 125ème anniversaire de la SACAD, brochure qui a été distribuée à tous les membres, au Conseil d’État du Canton de Genève ainsi qu’à de nombreux citoyens de la ville de Genève. Cette brochure retrace l’histoire et les activités de la SACAD depuis son centième anniversaire ; elle est aujourd’hui intégrée à la collection de la Bibliothèque nationale suisse et figure dans les catalogues de la bibliographie nationale Le Livre suisse et de Helveticat.

Jean-Michel Dayer continue généreusement à nous offrir son aide précieuse en pilotant, avec notre infatigable administratrice Caroline Baltzinger, le projet de la mise en ligne des demandes des requérants, ce qui permettra une meilleure diffusion des dossiers auprès des membres et l’archivage électronique indispensable aujourd’hui.

Pendant dix-neuf ans, Jaques Naef a œuvré de manière admirable pour la SACAD. Nommé membre d’honneur l’an dernier, il est décédé le 6 septembre 2015. Il avait été membre du Comité de 1996 à 2014, président des commissions de Biologie et du Jardin alpin La Linnaea, auquel il a consacré avec passion et générosité beaucoup de son temps. Pour exprimer la douleur que nous cause sa perte et honorer sa mémoire, je demande à l’assemblée d’observer une minute de silence.

 

Work in Progress continuel

Durant cette première année de ma présidence, nous sommes restés attachés à l’objectif fondamental et à la vocation première de la SACAD, qui se veut au service de l’enseignement et de la recherche. Sans insister ici sur le rapport étroit qui existe entre enseignement de qualité et recherche de qualité, j’exprimerai quelques réflexions sur l’une des priorités de la SACAD :

 

L’encouragement à la recherche des jeunes chercheuses et chercheurs

La relève universitaire représente le futur de la science et le renouvellement des savoirs. Le rôle de la SACAD, comme d’autres institutions, est de permettre l’épanouissement des jeunes talents, surtout dans une période où leur avenir dans la carrière universitaire est parsemé de difficultés et la précarité est grande. La réflexion du Comité de la SACAD est constante pour évaluer au mieux leurs dossiers et pour comprendre les directions de la recherche dans des domaines divers et changeants. L’évaluation des dossiers comporte à chaque fois des réflexions de fond qui sont indispensables au bien-fondé des financements que nous attribuons. Une des principales richesses du fonctionnement de la SACAD réside, à mon avis, dans la possibilité de croiser, dans un dialogue constant, le regard interne à l’Université – offert par les membres du Comité qui sont ou ont été professeurs – et celui des membres de la cité.

 

Cette double dimension, alliant la Cité et l’Université, donne une ouverture d’esprit qui est de plus en plus nécessaire aujourd’hui. Les visions différentes qui proviennent de nombreuses disciplines et les ferments continuels qui les transforment, en créant de nouveaux problèmes à étudier, de nouveaux champs de savoir à explorer, ne seraient d’ailleurs pas pensables sans l’impact de ce qui advient hors de l’université. Le désir que le savoir et la culture – ce qu’on appelle aujourd’hui : la recherche fondamentale – soient un patrimoine et un ressort de la communauté correspond à la fois à un rêve aussi ancien que la Grèce antique, à une exigence spécifique de la création même de la SACAD il y a plus d’un siècle, et aussi à une tendance contemporaine dont on ne peut pas ne pas être conscient. Il me semble donc important de maintenir l’orchestration entre la Cité et l’Université et cet équilibre des regards à l’intérieur du Comité, ainsi que dans la composition des différentes commissions.

 

À l’intérieur du Comité, nous disposons d’une palette de compétences dans des professions et dans des disciplines diverses, et nous pouvons consulter les professeurs qui dirigent les travaux des requérants ou qui les côtoient dans les laboratoires, ou qui peuvent nous aider avec leur expertise Notre remerciement va à eux aussi. Notre attention est donnée également aux chercheuses et chercheurs plus avancés, ainsi qu’à celles et ceux qui s’aventurent avec originalité et courage dans une recherche prometteuse. Nous valorisons les projets à caractère collectif, mais nous sommes attentifs aussi à protéger l’aspect solitaire de la recherche, irremplaçable dans certaines disciplines. Le Comité prend au sérieux le soutien à l’achèvement de la rédaction des thèses. La participation à un colloque, la présentation d’une conférence ou des résultats d’une recherche expérimentale, un séjour à l’étranger peuvent signifier une certaine visibilité pour la jeune personne, des rencontres productives et des échanges avec d’autres chercheuses et chercheurs au même niveau et à des niveaux différents. Pour rayonner, la relève de notre Université doit être mobile, car la force d’une recherche universitaire réside aujourd’hui de plus en plus dans l’élargissement de ses périmètres – géographiques et mentaux. La SACAD veut aider ce rayonnement des jeunes talents. La SACAD favorise aussi l’installation de nouveaux professeurs qui renforcent la diversité et l’internationalisation de notre Université. Dans les périodes où le budget de l’Université connaît des restrictions, notre aide est d’autant plus précieuse. Depuis plusieurs années une grande partie des organismes finançant la recherche soutient la recherche en équipe, mais à partir de 2016 le FNS, par exemple, envisage une réforme de la durée des projets et encourage la soumission par un seul requérant, clairement focalisée sur un seul projet. L’exemple de ce qui advient au niveau du FNS est utile pour la SACAD, sans que pour autant elle mette en cause ses caractéristiques et son indépendance. Face aux demandes de plus en plus nombreuses, aux mutations disciplinaires, aux transformations des champs de savoir et des thèmes d’investigation, la SACAD doit rester attentive aux exigences de la recherche d’aujourd’hui tout en respectant les désirs testamentaires des différents donateurs et les particularités de nos nombreuses différentes commissions.

 

Grâce à l’attention de notre trésorier et à l’aide des membres de nos différentes commissions, nous tâchons de financer autant que possible de petits et de grands projets dans toutes les disciplines.

Activités de l’année 2014-2015

 1) Bourse post-doctorale « Eugène Choisy et Charles Borgeaud de la          Société académique de Genève » (60’000 CHF/an pour deux ans).

Cette bourse post-doctorale pour les sciences humaines implique une rotation plus ou moins régulière des facultés en sciences humaines dans lesquelles des thèses de doctorat arrivent à soutenance. Elle a été créée par Jean-Michel Dayer, dans le souci de soutenir la relève au moment délicat de passage entre la fin de la thèse et les différentes démarches des chercheurs pour pouvoir continuer la recherche. Notre bourse permet évidemment des séjours à l’étranger aux chercheuses et chercheurs. Elle donne aussi la possibilité à la SACAD d’être mieux connue par les différentes facultés qui, tour à tour, sont désignées pour l’attribution de la bourse.

– Le premier lauréat a été M. Damiano Matasci (2013-2015) de la Faculté des lettres. Sa bourse est arrivée à échéance cette année. La thèse de doctorat présentée dans son dossier de candidature étudie l’école républicaine en France et l’internationalisation de la réforme scolaire (1870-1950). Sa thèse a reçu le Prix Louis Cros 2013. Elle a paru récemment, dans sa version révisée, dans la collection « Société, espaces, temps » des Éditions de l’École Normale Supérieure de Lyon.

Nous avons le plaisir d’annoncer que M. Matasci donnera la première conférence Choisy-Borgeaud, organisée par la SACAD et le Département d’histoire. Il présentera les résultats de ses recherches durant ses deux années de bourse, qui développent des perspectives pour une histoire internationale de l’éducation au XIX siècle.

Cet événement, qui répond au désir de mettre en valeur notre relève et rendra plus visible le rôle de la SACAD dans l’encouragement à la recherche, aura lieu à la Faculté des lettres le jeudi 10 décembre 2015 à 18h15 et sera, bien entendu, annoncé publiquement.

 

– La seconde bourse (2014-2016), comme précisé dans le 126ème rapport, a été attribuée à la Faculté de droit à Mme Begüm Bulak pour son projet intitulé «Le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des télécommunications : aspects de droit constitutionnel, de droit pénal matériel et de droit pénal». La valeur de ses recherches innovantes dans le domaine du droit international privé a été reconnue par la Fondation Walther Hug, qui lui a octroyé son prix en 2012-13.

– La troisième bourse (2015-2017) a été attribuée cette année à la nouvelle Faculté des sciences de la société. La commission était composée de Jean-Michel Dayer, Bénédict de Candolle, Frédéric Naville, Patrizia Lombardo, du Doyen de la Faculté des sciences de la société, Bernard Debardieux, et du professeur de sciences politiques et relations internationales, Jonas Pontusson. Des candidatures de grande qualité ont été soumises, et la commission a opté pour un partage exceptionnel de la bourse entre deux candidats qui ont soutenu leurs thèses au début de l’été :

– M. Adrien Remund a présenté dans son riche dossier de candidature une brillante thèse en démographie qui traite du problème de la jeunesse vulnérable, les mesures composantes et les causes de surmortalité chez les jeunes adultes. Ce travail montre que la réflexion en profondeur peut se conjuguer avec les méthodes de l’analyse quantitative. Très actif au sein de la faculté et dans les contacts internationaux, M. Remund propose de continuer sa recherche sur la surmortalité des jeunes adultes en la mettant en ligne pour le public. M. Remund a obtenu une bourse Mobility du FNS, qui débutera en mars 2016, et la commission lui a accordé six mois de bourse du 1er septembre 2015 au 28 févier 2016.

– M. Edoardo Altamura est l’auteur de plusieurs articles et d’une importante thèse en histoire économique (en co-tutelle avec l’Université d’Uppsala), dont le titre est European Banks and the Rise of International Finance (1973-1982). Il s’agit d’un travail impressionnant qui a exploité des documents récemment mis à disposition de la recherche. M. Altamura a enseigné en tant qu’assistant à l’Institut d’histoire économique Paul Bairoch ainsi qu’à la Faculté de sciences de la société ; il continuera durant les 18 mois de sa bourse des recherches en histoire de l’économie, mais cette fois-ci l’enquête sera focalisée sur des questions de finance internationale aux USA, entre 1982 et 1992, pendant la période de la présidence de Georg Bush et du traité de Maastricht.

Cette nouvelle recherche exige elle aussi un énorme travail dans les archives en Europe et aux USA. M. Altamura sera accueilli dans les prestigieuses universités de Cambridge et de Princeton.

2) Répartition des requêtes honorées pour près de CHF 1’200’000.-

37   participations à des congrès ou voyages d’étude

  • achats d’appareils scientifiques

3     contributions à des frais d’impression (thèses, livres, actes de congrès, etc…)

29   subsides divers, destinés à l’organisation de colloques, de cours ou à des attributions de bourses.

3) Quelques autres événements et subventions :

Prix Gillet Voyage 2014 : 1er prix et unique prix attribué pour cette année à M. Noé Allegrezza pour son projet intitulé : Le littoral chinois à pied (ou presque), sous forme d’un « carnet de ressentis ».

Prix Charles Bally attribué à M. Frédéric Martin-Achard pour sa thèse de doctorat intitulée Voix intimes, voix sociales. Fonction et hybridations du monologue intérieur dans le roman français 1982-2011 (François Bon, Laurent Mauvignier, Jacques Serena).

Bourse Philibert Collart attribuée à M. Salim Hirèche pour sa thèse intitulée : The Metaphysics of Modality et à M. Alain Pé-Curto pour sa thèse intitulée : Organic Unities.

Prix Marie Schappler attribué à Mme Melis Akdag pour son mémoire de Maîtrise en sciences politiques, intitulé Légitimité et contestation : une analyse de légitimité politique à travers les protestations de Gezi.

 4) Quelques subventions et interventions importantes :

  • Édition des notes de travail de Charles Bally durant la rédaction du Cours de Linguistique Générale.
  • Pôle Facultaire de Microscopie Electronique, acquisition d’appareillage pour une plateforme transversale, complément de financement pour un microscope électronique de dernière génération (Helios NanoLab 660 SEM de chez FEI).
  • Acquisition de 2 enceintes d’hébergement pour rongeurs (contrôle température et lumière) et 24 cages avec distributeurs de nourriture programmables.
  • Équipement laboratoire : “Machine à fatigue” pour le projet de recherche In vitro evaluation of direct class II restoration marginal adaptation following occlusal stressing : influence of cavity dimensions and material’s stiffness.
  • Acquisition d’une centrifugeuse réfrigérée et d’une pompe péristatique en priorité et de consommables de laboratoires pour le projet Modulation of accessory cells in steatohepatitis and hepatocellular carcinoma improving anti-cancer immunity.
  • Acquisition d’un système d’imagerie TIRF-FRAP pour des recherches focalisées sur l’étude des mécanismes moléculaires orchestrant le trafic intracellulaire sur le phénomène d’endocytose.
  • Conférence de recherche sur la microfinance en juin 2015 organisée par la Geneva School of Economics and Management de l’Unige en coopération avec la Plateforme européenne de Microfinance et en association avec l’Université de Zürich et l’Institut de Hautes Etudes internationales et du Développement.

5) Départs, remplacements et renouvellement :

Cette année deux membres quittent le comité : Mme Nicole Fatio, membre du comité depuis 2000 et M. Pierre Buri, membre du comité depuis 1996 et président de la SACAD de 2002 à 2010. Nous les remercions vivement pour leur travail assidu dans le Comité et les commissions. Leur dévouement et leur regard attentif sur nos activités ont apporté beaucoup à notre Comité.

 Représentation au Fonds général de l’Université : MM. Bertrand Kiefer et Frédéric Naville ont accepté de continuer de représenter la SACAD au Fonds Général de l’Université. Prof. Patrizia Lombardo remplace M. Antoine Gautier.

 Jardin alpin La Linnaea: M. Pierre-André Loizeau, membre de l’ancienne commission, en est devenu président. Nous remercions vivement tous les membres sortants de la commission pour le travail accompli pendant plusieurs années. Entrent dans la nouvelle commission, Mmes Caroline Baltzinger et Genoveva Puskas et M. Eric Allémann.

Proposition d’un nouveau membre du Comité : M. Pierre-André Loizeau, Directeur des Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève, sera présenté à l’Assemblée générale 2015 pour remplacer Mme Nicole Fatio. Il est actuellement président de la Linnaea ; en le proposant comme membre du Comité nous confirmons la présence de la Cité à l’intérieur de la SACAD et nous visons à tisser des liens avec les institutions muséales de Genève.

Renouvellement des mandats au Comité : Les membres suivants sont proposés à l’Assemblée générale du 19 novembre 2015 pour un renouvellement de deux ans conformément aux statuts: Mmes Monique Caillat et Patrizia Lombardo; MM. Renaud Gagnebin, Bertrand Kiefer et Frédéric Naville.

6) Remerciements

Il ne me reste qu’à remercier celles et ceux qui ont été indispensables pendant cette première année de présidence. Le trésorier Renaud Gagnebin accomplit toujours un travail admirable, l’administratrice Caroline Baltzinger brille pour son efficacité et fidélité impeccables et je remercie vivement tous les membres du Comité et des diverses commissions pour leur ouverture d’esprit, leur dévouement et leur enthousiasme.

Patrizia Lombardo